Hex-tcg.fr fait partie du groupe Absolute-Gaming, celui-ci a pour but de réunir tous les joueurs possibles de différents jeux dans le but de proposer des services utiles aux gamers.

Vous voulez rejoindre nôtre équipe ?
Contactez-nous sur contact@watchdogs-france.fr


BlackDev

Leader du groupe Absolute-gaming, BlackDev assure le développement et la gérance de tous les sites du groupe.
Contact : contact@absolute-gaming.fr

Cronne

Concepteur Artistique sur le groupe Absolute-Gamming et responsable de hex-tcg.fr, Cronne assure la gérance du site et de l'équipe.
Contact : cronne@absolute-gaming.fr

FERMER

Légende du Libérateur des pattes vertes

par Samedi 03 Septembre 14:44

[Hors-Série - Histoire] Légende du Libérateur des pattes vertes


Nous souhaitons aujourd'hui faire un focus sur les mycètes (rappel : qui sont les mycètes ?) quelques temps après la publication d'un article sur le site officiel retraçant l'histoire de ces créatures délivrées par le Libérateur des pattes vertes (Greenpaw Emancipator) du peuple shin'hare (source officielle).

Il est bon de rappeler qu'il s'agit d'un surnom donné à ce coyotou (coyotle) en sa qualité de sauveur et non son nom d'origine, seules les cartes uniques ont un nom (source).

Cette histoire a été traduite, et nous avons laissé les mots-clés en anglais entre parenthèses pour les joueurs jouant tout ou partie en anglais. Nous continuerons d'offrir du contenu de type lore/histoire afin de vous conter l'histoire et le background d'Entrath. Bonne lecture !


Histoire


Depuis des siècles, les mycètes (shroomkin) vivent heureux dans leurs cavernes souterraines infestées de champignons. Ils construisirent une société frugale et pacifiste, et vivaient simplement sans aucune autre ambition que de rester apathique dans leur confort.

Il y a 100 ans, par une volonté d'exiler une bonne fois pour toute les lapins agressifs de la surface du monde, les shin'hare ont été conduits sous-terre par les humains et les elfes. Après s'être établies sous-terre, les shin'hare découvrirent l'existence des mycètes et les asservirent.

Les mycètes ne pouvaient lutter contre leur servitude, principalement parce qu’ils ne savaient pas comment s'en défaire.

Les shin'hare ont déchargé le poids de leur sadisme sur les mycètes ; les surveillants exploitaient la population de mycètes comme travailleurs manuels jusqu'à ce qu'ils meurent d'épuisement, les concubines moulaient les ainés mycètes donnant de la pâte pour nourrir leur portée, les démonistes (warlocks) consommaient les âmes mycètes dans d'horribles rituels de la magie du Sang et les chasseurs (rangers) les utilisaient comme appâts vivants.

Les mycètes parlent peu (ils sont capables d'articuler mais oublient souvent cet aspect). Ils communiquent généralement à travers divers appendices fongiques qu'ils utilisent comme un langage des signes. Il est dit que les shin'hare amputèrent ces appendices, empêchant les mycètes de communiquer le plus naturellement possible.

Sur les Plaines hurlantes (Howling Plains), un coyotou a appris la situation désespérée des mycètes. Ce puissant guerrier, le Libérateur des pattes vertes (Greenpaw Emancipator), s'est donné pour objectif de libérer tous les mycètes asservies par les shin'hare.



Glooo tendit un présent pour l'admirer. C'était un joli cadeau. Aussi bien, voire le meilleur qui lui ait été donné. C'était mieux qu'un caillou, mieux que de la terre, peut-être même mieux que de la roche. C'était une pierre ronde et polie. Elle porta le présent derrière son pédoncule et se dandina derrière Bruuu.

Bruuu retira les présents de la paroi du tunnel et les amassa sur la tombe des pères de fourrure. Acharné à la tâche, il ne fit pas attention que Glooo s’approchait, lui donnant le temps d'admirer son look champignon ; la longueur de son pied, les lamelles sur la face cachée de son chapeau, et les verrues tâchées sur sa volve. Bruuu est un travailleur fou. Même maintenant durant le bref repos quand les pères de fourrure se relaxaient et que Glooo et les autres mycètes se donnaient chacun des présents, Bruuu gardait le tumulus.

Glooo, le petit champi (Shroompin), toussa un interrompant « cooo » auquel Bruuu ne prêta pas attention ou l'ignora, continuant de déplacer la roche et des gros amas de terre. Elle poussa un « cooo » encore plus fort. Bruuu stoppa son travail et la fixa attentivement. Elle cria « cooo », levant ses yeux vers lui en agitant ses lamelles. Bruuu grogna un « cooo » en signe de retour au travail.

Elle courtisa un « wooo ».

Bruuu s'arrêta et se retourna encore.

Glooo sortit les mains de derrière son dos et montra son cadeau à Bruuu : « Grooo bruuu, grooo ».

Bruuu grogna « grooo goo », prenant le présent, une magnifique pierre et la lança sur le tumulus avec les autres et retourna au travail.

Le cœur de Glooo se brisa le long de sa tige. Elle espérait pouvoir donner un seul présent, quelque chose de différent que tout ce marron qu'on pouvait trouver aux environs. Quelque chose plein de vie qu'elle pourrait partager avec Bruuu, qu'il eut su qu'elle en pinçait pour lui. Elle en perdait ses frondes (feuilles) fongiques et devenait pâle jusqu'au niveau de son chapeau et de sa tige au même état qu'avant d'avoir germée et que les pères de fourrure ne la cueillent. Cette tige était son seul moyen de communication.

Glooo retourna à la mine et cherchait un cadeau spécial à offrir à Bruuu. Elle passa sous le regard du père de fourrure l'observant dans sa direction. Il grogna et la frappa sur son chapeau et elle se recroquevilla, mais le coup ne partait pas.

Le père de fourrure, choqué, poussa un « kekkkk » et l'étrangla. Quelqu'un lui avait donné un bâton conservé près du cou. Il plaça ses mains sur le bâton et s'affala au sol, ses yeux fermés avec un air réjouit. Glooo observait autour d'elle de nombreux autres pères de fourrure agenouillés, possédant des bâtons. Glooo sourit, contente de voir les pères de fourrure se mentir à eux-même sur le fait de détenir ces présents plutôt que de piétiner et hurler sur ces mycètes tous les jours.

Glooo vit un père de fourrure géant faire un pas à côté d'un tumulus mycète, un carquois de bâtons offert et un arc avec lequel il pouvait les délivrer. Le père de fourrure géant était un cauchemar, elle le savait ; ses deux frondes de chapeau se taillèrent en pointes, sa bouche gonflée et bouche-bée avec ses dents acérées et son amical vesse-de-loup (champignon sans pied émettant de la fumée sous pression) remplacée par une queue de serpent sinueuse. Le père de fourrure se pencha vers Bruuu et monta sur la pile de présents abandonnés. Il exclama « LIBERTÉ » !



Bruuu et les champis coururent le long de leurs chaînes, couvrant le mur du tunnel. Un groupe de pères de fourrure arrivèrent dans le tunnel et commencèrent à balancer les présents au père de fourrure à queue géant. Les présents auraient été meilleurs parce que les petits pères les auraient disposés à leurs estomacs et cous et les auraient déposés à leur congénères. Le père géant était un détracteur des présents et enverrait ceux des petits pères dans les airs clamant encore et encore « LIBERTÉ ! ».

Bientôt les petits pères restaient tous avec leurs présents. Le père géant s'approcha de la masse de mycètes terrifiée. Il brisa les chaînes que les petits pères leur avaient données et les champis s'accroupirent, craignant un coup mal placé du géant.

Quelque part dans un tunnel adjacent, une alarme retentit. Le père géant devint agité, sa queue s'agitant frénétiquement autant qu'il hurlait « MYCÈTES ! ».

« Woooooo ! » gémirent-ils.

« VOUS AVEZ ÉTÉ LIBÉRÉS », hurla-t-il, « JE SUIS VOTRE LIBÉRATEUR ! »

« Wuuub », exclama Wuuub.

« Gluuub », pleura Gluuub.

« Glooo ? » interrogea Glooo.

« Vous êtes libre,» expliqua-t-il, « J'ai brisé vos chaînes ! Suivez moi jusqu'à la terre plus loin ! » Le père géant bondit du tumulus et tourna vers le gros tunnel qui menait dans les hauteurs.

« Wluuub » dit Gluuub tout comme les autres rebroussèrent chemin, essayant de rattacher leurs chaînes brisées.

« Non ! » hurla le père géant, « Vous n'êtes plus esclaves ! Je vous ai OFFERT la liberté ! » Les autres mycètes étaient retournés, mais quelque chose dit par le père géant attira l'attention de Glooo.

« Grooo ? » elle questionna.



Le père géant accourra vers Glooo et pris sa main, lui montrant le tunnel et la lueur du soleil pointant jusqu'à la fin, « Viens jeune mycète. Le chemin de la liberté t'attend. »

Un cadeau ! « Grooo ? » questionna-t-elle.

« Oui ! » affirma-t-il, « Le chemin de la liberté. Le présent qu'offre ce monde devant nous. Le présent du rayon de soleil et des fleurs, des odeurs sucrées et des nuages orageux ».

« Grooo ! » cria Glooo, retirant sa main de celles du père géant et retournant vers ces congénères mycètes. « Grooo », dit-elle, « Gooo, gooo, Grooo ! »

Bruuu fit un pas en direction de Glooo et fit tombé ses chaînes, « G-g-grooo ? » il interrogea.

Elle hocha le chapeau, « Grooo ».

« Grooo » grogna Bruuu aux autres.

« Grooo ! » hurlèrent-ils à l'unisson.

Ils suivirent le père géant sur la pente menant à la terre promise. Bientôt ils baigneront dans le soleil et s’étendront comme jamais avant de voir ce vert tapis de spores provenant d'une explosion de vesse-de-loup.

Wuuub et Gluuub se dandinaient dans un ruisseau et s'éclaboussaient en partageant l'eau brillante avec Cooo.

Glooo mis la main sur son présent sur un lopin de verdure, lumineux et délicat comme rien d'autre, avec des couleurs chaudes comme le soleil et des senteurs qui évoquaient les nombreuses nouvelles terres de liberté.

« Une fleur », le père de fourrure géant dit, acceptant le présent et le donnant à Glooo.

« Flooo », répéta-t-elle.


+ + +

Glooo trouva Bruuu donnant parmi les autres. Même si dans le nouveau monde il était un fort donateur qui amassait beaucoup de présents autour de lui.

« Flooo », Glooo rougit, offrant à Bruuu la fleur, ce qui avait plus de valeur que ce qu'elle voulait dire.

« Flooo ? » Bruuu demanda.

« Flooo » confirma Glooo.

« Flooo ! » s'exclama Bruuu, absorbant la fleur et éructant d'un air réjouit.


Laisser un commentaire